Le projet « Démarche Aménagement Urbain et Plantes Indigènes » à La Réunion

Une des priorités de la Réunion est de développer des dispositifs pour limiter l’introduction, l’utilisation et la diffusion dans les milieux naturels d’espèces exotiques envahissantes en particulier de plantes.

Ainsi, pour ce qui concerne les projets de végétalisation des espaces urbains, périurbains, espaces verts, ruraux et routiers, il apparaît désormais fondamental de ne plus utiliser d’espèces exotiques envahissantes ou potentiellement envahissantes qui sont considérées comme le premier facteur de perte de biodiversité sur les îles océaniques. Au-delà, l’objectif est de respecter autant que possible les entités paysagères végétales qui façonnent le relief du territoire insulaire.

Le projet « Démarche Aménagement Urbain et Plantes Indigènes (DAUPI) » a pour vocation à motiver et aider les professionnels à produire et choisir les végétaux indigènes et exotiques non envahissantes pour de tems projets d’aménagements. Le projet a également pour ambition d’utiliser la démarche comme un tremplin pédagogique pour sensibiliser la population dans son ensemble ainsi que les élus et les décideurs.

Contact : Christophe Lavergne (Conservatoire botanique national de Mascarin)

Nous contacter

Pour plus d'information sur l'initiative, n'hésitez pas à nous écrire.

Illisible ? Changez de texte captcha txt