Ovis aries


Noms communs : Mouton
Collectivité : TAAF - îles subantarctiques
Auteur : Linnaeus, 1758
Famille : Bovidae
Règne : Faune
Organisme : mammifère
Statut des populations : naturalisée
Statut d'envahissement : envahissant
Statut des impacts : impacts déterminés localement
Date d'introduction ou de 1ère mention : 1952
Type d'introduction : intentionnelle
Voie d'introduction : élevage
Conflit d'intérêt :
Milieu : terrestre

Note :

Au XIXème siècle (1874) puis au début du XXème, entre 1909 et 1925, plusieurs tentatives d’élevage du Mouton dans les îles Howe, Longue et Grande Terre de l’Archipel de Kerguelen se sont soldées par des échecs. Le plus important est relatif à l’introduction en 1913 de 1600 moutons en provenance des Iles Falkland sur le site de Port-Couvreux (Grande Terre) (Chapuis et Boussès, 1992). Par la suite, en 1952, peu de temps après l’installation de la base permanente de Port-aux-Français, le Mouton a été élevé dans différentes îles de l’archipel, à l’intérieur du Golfe du Morbihan (Ile aux Moules, Ile du Château et Ile Longue) (Chapuis et al. 1994). Au début des années 2000, seule l’île Longue était occupée par cette espèce. A l’instar des autres mammifères herbivores introduits, le Mouton a été à l’origine d’une modification profonde des communautés végétales, avec l’élimination notamment du Chou de Kerguelen (Pringlea antiscorbutica) (Chapuis et al., 1994). De plus, en 1973, des plantes fourragères ont été volontairement ensemencées sur ces trois îles afin d’augmenter leur capacité d’accueil (Bourzat & Monié, 1977). Ce Mouton, de race Bizet, a fait l’objet de recherches entre 1990 et 1995, notamment à propos de ses caractéristiques démographiques (Réale et al., 1996, 1999a,b ; 2000) et de son cortège en parasites intestinaux (Pisanu et al., 1996). A partir de la fin des années 2000, les TAAF ont inscrit l’élimination des troupeaux de mammifères herbivores introduits, dont le Mouton sur l’Ile Longue, dans leur plan d’action “biodiversité”, puis dans celui de la Réserve Naturelle des Terres australes françaises (2011-2015). A cette période, le troupeau comptait environ 2000 têtes. Suite aux opérations de contrôle, l’effectif de la population a été voisin de 500 individus fin 2011, 200 fin 2012, 150 fin 2013 et inférieur à une trentaine fin 2014 (TAAF, 2012, 2013, 2015). Le programme d’éradication a été poursuivi l’année suivante, amenant l’élimination de l’espèce (C. Marteau com. pers.). Une des conséquences de ce plan d’action (et de l’élimination préalable du Mouton sur l’Ile du Château et sur l’Ile aux Moules) est le développement des graminées introduites et envahissantes, jusqu’alors limitées par cet herbivore (J.-L. Chapuis, com. pers.).


Bibliographie :

Bourzat D. & Monié J.-P. (1977). Evolution des pâturages aux îles Kerguelen. Mémoire ITA, INSPA, Dijon 124 p.
Chapuis J.-L, Boussès P. & Barnaud G. (1994). Alien mammals, impact and management in the French Subantarctic Islands. Biol. Conserv., 67: 97-104.
Chapuis J.-L. & Boussès P. (1992). Des moutons, des mouflons et des rennes dans l’archipel des Kerguelen. Courrier de la Nature, n°135 : 29-35.
Pisanu B., Chapuis J.-L., Combes O. & Durette-Desset M.C. (1996). Richesse spécifique en helminthes gastro-intestinaux du mouflon de Corse (Ovis musimon) et du mouton (Ovis aries) introduits dans l’archipel de Kerguelen (Terres Australes et Antarctiques Françaises). Vie et Milieu, 46 : 305-312.
Réale D. & Boussès P. (1999a). Effect of summer and winter birth season on growth of lambs in a population of feral. J. Mammal., 80: 1028-1037.
Réale D., Boussès P. & Chapuis J.-L. (1996). Female-biased mortality induceed by male sexual harassment in a feral sheep population. Can. J. Zool., 74: 1812-1818.
Réale D., Boussès P. & Chapuis J.-L. (1999b). Nursing behaviour and mother-lamb relationships in Mouflon under fluctuating population densities. Behavioural Processes, 27: 81-94.
Réale D., Boussès P., Pisanu B. & Chapuis J.-L. (2000). Biannual reproductive cycle in the Kerguelen feral sheep population. J. Mammal., 81: 169-178.
TAAF (2012). Bilan d’activités 2011 de la réserve naturelle des Terres australes françaises.
TAAF (2013). Bilan d’activités 2012 de la réserve naturelle des Terres australes françaises.
TAAF (2015). Bilan d’activités 2014 de la réserve naturelle des Terres australes françaises.


Contributions : Jean-Louis Chapuis (MNHN)

Sites internet : INPN, GISD

Date de dernière mise à jour : 25 / 07 / 2017
Nous contacter

Pour plus d'information sur l'initiative, n'hésitez pas à nous écrire.

Illisible ? Changez de texte captcha txt