Rangifer tarandus


Noms communs : Renne
Collectivité : TAAF - îles subantarctiques
Auteur : (Linnaeus, 1758)
Famille : Cervidae
Règne : Faune
Organisme : mammifère
Statut des populations : naturalisée
Statut d'envahissement : envahissant
Statut des impacts : impacts déterminés localement
Date d'introduction ou de 1ère mention : Kerguelen : 1955
Type d'introduction : intentionnelle
Voie d'introduction :
Conflit d'intérêt :
Milieu : terrestre

Note :

Dans l’Archipel de Kerguelen, le Renne a été introduit en 1955 (deux femelles et un mâle) sur l’Ile Haute et en 1956 (cinq femelles et deux mâles) sur l’île principale, la Grande Terre (Lésel, 1967 ; Lésel & Derenne, 1975). Dans les années 1970, les rennes présents sur l’Ile Haute (115 individus en 1971) ont quitté progressivement cette île pour rejoindre le troupeau de la Grande Terre. En 1981, plus aucun renne n’était observé sur l’Ile Haute (Chapuis & Boussès, 1992). En 1974, Pascal (1982) estimait, de manière empirique, l’effectif de la population à environ 2000 individus, entrainant localement la raréfaction de deux espèces végétales natives, le Chou de Kerguelen et l’Azorelle (Azorella selago), cette dernière espèce étant très consommée (Lésel, 1967), ainsi que Acaena magellanica et diverses graminées (Yoccoz, 2017 ; J.-L. Chapuis, com. pers.). Au début des années 2010 (2011-2014), à partir de dénombrements par hélicoptère et de déplacements à pied, l’effectif de la population a été estimé à environ 2000 individus adultes, occupant le Plateau Central et une partie de la Péninsule Courbet (Yoccoz, 2017). L’aire de répartition, de même que la taille de la population, semblent ainsi stables depuis deux ou trois dernières décennies (Yoccoz, 2017). Sur la Grande Terre, son impact sur la végétation semble peu important comparativement à celui du lapin, et il n’est pas envisagé à court terme de contrôler cette population, excepté sur un site périphérique à son aire de répartition, le sud-ouest de la Grande Terre, en limite de la Péninsule Rallier du Baty, afin de limiter les risques de colonisation de cette partie de l’archipel (Yoccoz, 2017).


Bibliographie :

Chapuis J.-L. & Boussès P. (1992). Des moutons, des mouflons et des rennes dans l’archipel des Kerguelen. Courrier de la Nature, n°135 : 29-35.
Lésel R. (1967). Contribution à l’étude écologique de quelques mammifères importés aux îles Kerguelen. Terres Australes et Antarctiques Françaises, 38 : 3–40.
Lésel R. & Derenne P. (1975). Introducting animals to Iles Kerguelen. Polar Record, 17: 485-494.
Pascal M. (1982). Les espèces mammaliennes introduites dans l’Archipel de Kerguelen (Territoire des T.A.A.F). Bilan des recherches entreprises sur ces espèces. P. Jouventin, L. Massé & P. Tréhen (eds). Colloque sur les Ecosystèmes Subantarctiques, 1-4 juillet 1981, Paimpont, C.N.F.R.A., n°51 : 269-290.
Yoccoz N. (2017) Rapport Programme IPEV 1081, Renker. In prep.


Contributions : Jean-Louis Chapuis (MNHN)

Sites internet : INPN, GISD

Date de dernière mise à jour : 25 / 07 / 2017
Nous contacter

Pour plus d'information sur l'initiative, n'hésitez pas à nous écrire.

Illisible ? Changez de texte captcha txt