Rattus exulans


Noms communs : Rat polynésien, Rat du Pacifique
Collectivité : Nouvelle-Calédonie
Auteur : (Peale, 1848)
Famille : Muridae
Règne : Faune
Organisme : mammifère
Statut des populations : naturalisée
Statut d'envahissement : envahissant
Statut des impacts : impacts non déterminés localement mais connus ailleurs pour être importants
Date d'introduction ou de 1ère mention : epoque mélanesienne
Type d'introduction : intentionnelle
Voie d'introduction :
Conflit d'intérêt :
Milieu : terrestre

Note :

Le Rat du pacifique est la seule espèce de vertébrés dont on soit certain que son introduction en Nouvelle-Calédonie a été antérieure à l’époque historique. Son impact sur les écosystèmes néo-calédoniens n’est pas documenté (Pascal et al., 2006).Transformateur d’écosystème, l’espèce a un impact notable sur de nombreuses espèces animales insulaires (oiseaux, petits mammifères, reptiles et invertébrés), pouvant aller jusqu’à la disparition de certaines d’entre elles. Elle peut compromettre la régénération de plantes locales (comme le santal) et favoriser la dissémination de plantes exotiques envahissantes. C’est également un ravageur des cultures bien connus. Sur le plan sanitaire, c’est un vecteur et réservoir de nombreuses maladies (dont la leptospirose). L’espèce est listée comme espèce établie de priorité 2 dans le cadre de la stratégie de lutte contre les espèces exotiques envahissantes de Nouvelle-Calédonie (CEN 2016). Elle figure sur la liste des espèces exotiques envahissantes des codes de l’environnement de la province Nord et de la province Sud dont la culture, l’élevage, le transport, l’utilisation, la mise en vente, la vente ou l’achat, et l’introduction intentionnelle ou non intentionnelle par négligence ou par imprudence dans le milieu naturel sont interdits.


Bibliographie :

Gargominy, O., Bouchet, P., Pascal, M., Jaffré, T. & Tourneur, J. C. (1996). Conséquences des introductions d’espèces animales et végétales sur la biodiversité en Nouvelle-Calédonie. Revue d’Ecologie (La Terre et la Vie), 51: 375-401.

Pascal, M., Barré, N., De Garine-Wichatitsky, Lorvelec, O., Frétey, T., Brescia, F., Jourdan, H. (2006). Les peuplements néo-calédoniens de vertébrés : invasions, disparitions. IRD, Espèces envahissantes dans l’archipel néo-calédonien, p 111-162.

Lowe, S., Browne, M., Boudjelas, S. & Poorter, M. (2007). 100 espèces exotiques envahissantes parmi les plus néfastes au monde. Une sélection de la Global Invasive Species Database. Invasive Species Specialist Group (ISSG). 12p.

Soubeyran, Y., Caceres, S. & Chevassus, N. [Coords] 2011. Les vertébrés terrestres introduits en outre-mer et leurs impacts. Guide illustré des principales espèces envahissantes. Comité français de l’UICN & ONCFS, Paris: 99 pp.

Jourdan, H., Brescia F., Vidal E. (2014). Programme R-Mines. Impacts des espèces invasives sur la communauté de reptiles des massifs miniers. Programme CNRT, rapport final, 91p + annexes.

Thibault M., Brescia F., Jourdan H. & Vidal E. (2016). Invasive rodents as an underlooked threat for skink conservation in a tropical island hotspot of biodiversity. New-Zealand J. Ecology, 41: 74-83.

CEN (2016). Stratégie de lutte contre les espèces exotiques envahissantes dans les espaces naturels de Nouvelle-Calédonie.


Contributions : CEN Nouvelle-Calédonie

Sites internet : INPN, GISD

Date de dernière mise à jour : 25 / 07 / 2017
Nous contacter

Pour plus d'information sur l'initiative, n'hésitez pas à nous écrire.

Illisible ? Changez de texte captcha txt