Les premiers tests de gestion du Niaouli

Le Niaouli a été repéré pour la première fois en 1948 en Guyane. Son expansion a été favorisée par le «Plan Vert» mis en place par l’ONF dans les années 1970 pour le développement du bois afin d’établir une industrie papetière. Elle est considérée comme une des principales espèces exotiques envahissantes qui menacent les savanes du littoral. Les savanes sont des milieux rares, très vulnérables et menacés, présentant une forte valeur patrimoniale, culturelle et naturelle.

Les premiers tests de méthodes de gestion de l’espèce ont débuté en 2019 dans le cadre du programme européen LIFE BIODIV’OM (piloté au niveau local par le Groupe d’Étude et de Protection des Oiseaux en Guyane-GEPOG). Différents traitements (physiques et/ou chimiques) ont été réalisés sur plus de 200 arbres adultes, selon les recommandations des protocoles proposés par deux experts de Floride, François Laroche et Stephen Enloe, venus en Guyane pour évaluer l’état de l’invasion par le Niaouli.

Des passages réguliers devraient permettre au GEPOG de comparer les efficacités des différents traitements, et d’en tirer des conclusions sur les meilleures méthodes à suivre pour gérer cet arbre exotique envahissant.

Contact : Alizée Ricardou (GEPOG)
Source : www.savanes.fr

Crédit photo haut de page : M.Roger et A.Stier

Rédaction : Alizée Ricardou

Nous contacter

Pour plus d'information sur l'initiative, n'hésitez pas à nous écrire.

Illisible ? Changez de texte captcha txt