La flore envahissante des zones humides de la Guadeloupe

En février 2018, en partenariat avec la DEAL de la Guadeloupe, la Société d’Histoire Naturelle l’Herminier a mené une nouvelle campagne de prospections et d’inventaires sur la flore envahissante des zones humides de la Basse-Terre, de la Grande-Terre et de Marie-Galante. Près de 500 sites ont été visités. Douze espèces se sont révélées notoirement ou potentiellement envahissantes des milieux lentiques et lotiques de ces territoires.

Parmi les espèces les plus préoccupantes en termes de perturbations causées aux écosystèmes et à l’activité économique, nous avons identifiés quatre espèces: la Jacinthe d’eau (Eichhornia crassipes), la Laitue d’eau (Pistia stratiotes), le Roseau de Saint-Domingue (Typha domingensis) et l’Amourette-rivière (Mimosa pigra).

Au rang des espèces potentiellement envahissantes, connues à la Guadeloupe avant notre inventaire mais dont l’aire de répartition s’y est étendue, figurent l’Herbe-alligator (Alternanthera philoxeroides), la Salvinie géante (Salvinia molesta) et le Tournesol mexicain (Tithonia diversifolia).

Enfin, trois nouveaux taxons admis au rang des espèces exotiques envahissantes ont été découverts : la Lentille d’eau ponctuée (Landoltia punctata), la Petite salvinie (Salvinia minima) et la Sagittaire d’Argentine (Sagittaria montevidensis).

À l’échelle de la région et du nombre de ses zones humides, l’envahissement reste marginal. Toutefois, localement, il peut prendre des proportions inquiétantes pour la biodiversité et la pérénnité des biotopes. C’est particulièrement le cas au lac de Gaschet (Port-Louis), à l’étang du Vieux-Fort (Sainte-Rose) et à l’étang Roland (Vieux-Habitants).

En savoir plus

Bandeau photo © Franck Maddi

 

Nous contacter

Pour plus d'information sur l'initiative, n'hésitez pas à nous écrire.

Illisible ? Changez de texte captcha txt