Projet de hiérarchisation des espèces exotiques envahissantes végétales et cartographie de leurs populations

Afin de répondre aux enjeux liés aux pressions qu’exercent les espèces exotiques envahissantes végétales sur l’archipel guadeloupéen, l’approfondissement des connaissances quant à leur répartition et leur potentiel d’invasibilité est apparu nécessaire. C’est dans ce contexte que l’association Gwada Botanica mène un projet de hiérarchisation et de cartographie des EEE végétales, avec le soutien de la DEAL de Guadeloupe.

Créée en 2015, l’association Gwada Botanica est engagée dans l’acquisition de la connaissance et la protection de la flore, ainsi qu’à la sensibilisation du grand public. Une commission de conservation de la flore et des habitats de Guadeloupe a vu le jour au sein de l’association afin de travailler plus concrètement sur des projets de conservation. L’association a ainsi entrepris un travail de hiérarchisation et de cartographie des plantes exotiques envahissantes (PEE) en mars 2021 dont l’objectif est de mettre à disposition des acteurs mobilisés sur cette problématique un socle de connaissances dans le but d’orienter les décisions quant à la gestion de ces PEE. Ce travail s’inscrit sur une durée d’un an et 10 mois et constitue une démarche collective en termes d’expertise et de mutualisation des données.

Eichhornia crassipes © Mike Helion (Gwada Botanica)

La première phase de ce projet a consisté à pré-cibler des taxons introduits et potentiellement envahissants en Guadeloupe et s’est déroulé en plusieurs étapes de sélections.  Un premier groupe d’environ 200 espèces a d’abord été formé à partir des notes attribuées dans le référentiel taxonomique national TaxREF14 (« M » pour « introduites », « I » pour « introduites échappées dans le milieu naturel », et « J » pour « introduites envahissantes », pour un total de près de 1250 espèces exogènes à la Guadeloupe), et de la bibliographie existante sur le territoire guadeloupéen et les autres Antilles françaises. Certaines espèces non listées dans TaxREF14, ont aussi été ajoutées. En octobre 2021, des ateliers regroupant des membres et les experts botanistes de l’association ont été organisés. L’objectif était de réduire ce groupe de 200 espèces et d’en extraire les plus problématiques ou potentiellement envahissantes pour la Guadeloupe, au regard de leur connaissances du territoire. Ainsi, 134 taxons ont pu être évalués par la méthodologie de hiérarchisation des espèces proposée par Lavergne en 2016 . A la suite des ateliers, une bibliographie plus poussée sur leur potentiel envahissant ailleurs dans le monde a été réalisée pour vérifier ou ajuster certaines notes issues du protocole de Lavergne. En fin de compte, ce sont 68 espèces prioritaires qui ont été mises en évidence, regroupant des espèces très envahissantes dont les impacts sur les habitats se font déjà sentir (mais dont la réparation en Guadeloupe est mal connue) et des espèces latentes devant faire l’objet d’une surveillance (car avérées envahissantes ailleurs). Cette liste sera à nouveau discutée, notamment avec des personnes extérieures à l’association.

Rubus rosifolius © Mike Helion (Gwada Botanica)

La deuxième phase est basée sur de la science participative. Elle consistera à rechercher les 68 PEE précédemment listées sur l’archipel de Guadeloupe et à caractériser leurs populations (recouvrement et enjeux de conservation des milieux concernés). Des fiches de terrain par espèce et par milieu seront produites puis utilisées lors d’une formation à la reconnaissance de ces espèces destinée, a minima, aux membres de l’association (cette formation pourra s’étendre à d’autres personnes, notamment des agents de terrains de certaines institutions).
Les données collectées sur une période d’environ 8 mois (entre janvier et août 2022) alimenteront la plateforme régionale du SINP (Karunati) pilotée par la DEAL et le Parc National de Guadeloupe (PNG) à l’échelle de l’archipel de la Guadeloupe et de façon non exhaustive à Saint-Martin et Saint-Barthélemy. Les données issues de ces prospections de terrain seront mutualisées à celles rendues déjà disponibles sur Karunati afin de concevoir des cartes des populations des PEE. Ces informations permettront aussi d’ajuster les notes du protocole de Lavergne attribuées aux 68 PEE.

La troisième phase du projet consistera à organiser des ateliers avec les experts locaux pour hiérarchiser le plus de taxons introduits possible (environ 1250 au total). Des fiches d’informations concernant les PEE prioritaires à gérer en Guadeloupe seront produites. Leur format sera inspiré des fiches EEE éditées par la DEAL de Martinique qu’elles viendront compléter. Elles comporteront notamment des descriptions sur l’écologie et la distribution de ces espèces ainsi que des moyens de lutte mis en œuvre ailleurs dans le monde et adaptable en Guadeloupe.

Tous les livrables de ce projet (listes de hiérarchisation, cartographies et fiches) feront office d’outils d’aide à la décision dont la DEAL et les acteurs impliqués dans la gestion des EEE pourront se saisir afin de prioriser les interventions, la surveillance et les moyens alloués à cette gestion. Ils seront publiés sur le site de la DEAL de Guadeloupe et du Réseau EEE outre-mer.

Pour en savoir plus : https://www.gwadabotanica.fr

Contacts : Lilian Costa Procopio et Mike Hélion, membres et référents botaniques de l’association Gwada Botanica.

Photo du haut de page : Scaevola taccada © Mike Helion (Gwada-Botanica)

 

Nous contacter

Pour plus d'information sur l'initiative, n'hésitez pas à nous écrire.

Illisible ? Changez de texte captcha txt