A la rencontre de Rudi Laplace de l’association Island Nature St. Barth Experiences (INE)

Rudi Laplace, Président de l’association Island Nature St. Barth Experiences (INE), a rejoint le Réseau EEE outre-mer cette année et a répondu à nos questions sur son parcours, sur l’association et les actions mises en œuvre pour gérer les populations de chèvres sur l’île.

1) Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Natif de l’île, j’ai grandi au cœur des milieux naturels de Saint-Barthélemy. Convaincu de la nécessité de conserver ce patrimoine naturel, je souhaitais participer à la préservation de la biodiversité. C’est suite à une expérience en tant que bénévole aux Etats-Unis qu’a germé l’idée de créer une association à Saint-Barthélemy pour apporter une force humaine sur le terrain

 

2) Pouvez-vous nous présenter INE et nous expliquer comment l’association est mobilisée sur les EEE ?

INE a été créée en 2016 par un groupe de jeunes à Saint-Barthélemy sensibles à la préservation de la biodiversité de l’île. Son objectif est d’accélérer les projets de préservation et de restauration des milieux naturels. Elle conduit deux actions principales dont la première en milieu marin qui consiste à développer des récifs artificiels de type Biorock REEF impliquant un suivi scientifique sur deux sites pilotes.  La seconde, en milieu terrestre, porte sur la gestion des espèces invasives identifiées comme ayant un impact fort sur nos écosystèmes, en particulier les chèvres et ponctuellement sur d’autres espèces telles que les tortues charbonnières ou les iguanes rayés.

3) Les chèvres divagantes constituent une problématique forte à Saint-Barthélemy. Est-il possible de nous expliquer quels sont les impacts associés à cette espèce et les défis que celle-ci représente en termes de gestion ?

Chèvres dans les milieux naturels à Saint-Barthélemy ATE

Les chèvres sont effectivement en train de détruire nos écosystèmes à grande vitesse ! Nous estimons autour de 4000 chèvres divagantes sur l’île, dispersées en une multitude de troupeaux de 15 à 100 chèvres chacun. Le territoire est soumis à une urbanisation croissante et c’est dans ce contexte que la Collectivité et l’Agence territoriale de l’environnement, ont réalisé une carte d’urbanisme avec 50% de la surface en zones naturelle non constructible. Un impact fort des chèvres est relevé sur la presque totalité des zones naturelles de l’île avec une érosion importante déjà constatée dans certains secteurs induisant indirectement des impacts sur la vie marine. Sans action directe, la tendance serait la désertification de ces milieux protégés.

4) Quelles sont les actions mises en œuvre actuellement sur le territoire pour limiter leur expansion ?

Nous œuvrons activement sur cette problématique depuis 4 ans en effectuant des opérations de capture. Lors de ces interventions, plus de 1000 chèvres ont été capturées. Cette année, nous avons bénéficié du soutien financier de l’OFB pour la mise en œuvre d’un projet global qui nous permettra d’agir avec efficacité à différents niveaux : les captures des chèvres divagantes, la création d’une filiale viande et fromage et l’accompagnement des éleveurs avec la création d’une coopérative agricole. L’association dispose également du statut d’éleveur lui permettant d’accueillir les chèvres capturées.

Site de la Pointe  de Petit-Cul-de-Sac  avant et après le retrait des chèvres et la plantation d’espèces végétales indigènes © INE St. Barth Experiences

5) Quelles sont les perspectives d’actions pour la suite ?

Nous espérons d’ici un an, commencer des campagnes de replantation avec des écoles et des bénévoles sur les secteurs où les chèvres auront été retirées. Nous souhaitons également travailler sur le balisage de sentiers sur ces sites afin que les marcheurs puissent profiter de ces milieux naturels en cours de restauration tout en évitant le piétinement de la végétation et le dérangement de la faune.

Vue aérienne du site de la Pointe  de Petit-Cul-de-Sac © INE St. Barth Experiences

Contact : Rudi Laplace (INE St Barth Experiences)

Consultez le site de l’association : INE St Barth Experiences

 

 

 

 

Nous contacter

Pour plus d'information sur l'initiative, n'hésitez pas à nous écrire.

Illisible ? Changez de texte captcha txt